Le chemin vers l'indépendance

                             Le chemin vers l’indépendance

      Note : Ce document est une synthèse réalisée à partir de divers articles de Wikipédia (polonais principalement) et de documents divers. Cette recherche a été guidée par la simple curiosité pour la période de la renaissance de la Pologne. Il est proposé avec l’idée que d’autres personnes se demandent peut être ce qu’ont pu vivre leurs grands parents.

   

En 1914, la Pologne n’existait pas en tant qu’état et son territoire avait été annexé par la Prusse, l’Autriche-Hongrie, la Russie suite aux différents partages du 18ème et aux évènements du début du 19ème. Pour rappel des dates clé et des répartitions territoriales, cliquez sur ce lien : Pologne1795/1914            

Durant toutes les années d’oppression, l’espoir de la renaissance de la Pologne n’a jamais disparu du cœur des polonais. Il les a conduits à de nombreuses révoltes contre les occupants, et à s’engager auprès des ennemis de ceux-ci, avec l’idée de trouver un soutien ou de générer les conditions favorables à leur projet par un affaiblissement de leurs oppresseurs.

  • A la veille de la première guerre mondiale, 2 lignes politiques pour atteindre la restauration de la Pologne se dessinent :

                .les tenants de la libération par la lutte armée (Josef Pilsudski, PPS, parti socialiste polonais), avec un soutien au moins menaçant des occupants, l’Autriche-Hongrie 

                .les partisans d’une voie par les moyens légaux (Roman Dmowski, ND, parti national démocratique), en misant sur la Russie qui s’était rapprochée de la France et de la Grande Bretagne.

  • Avec l’éclatement du conflit,  J Pilsudski et R Dmowski -considérés comme les artisans majeurs de la restauration de la Pologne- adaptent durant toute la guerre leurs actions en fonction de l’évolution des évènements , et en accord avec la ligne politique qu’ils s’étaient fixée :lutte armée pour l’un, voie légale pour l’autre.

 

               J PILSUDSKI (PPS)

Position au départ du conflit:

    - les armées allemandes et austro hongroise sortiront victorieuses de leur confrontation avec les armées russes

    - finalement elles seraient défaites par la coalition franco-britannique

    - La création d’une armée polonaise capable de conquérir et maintenir l’indépendance  est donc nécessaire. L’armée autrichienne apparait comme la matrice susceptible de porter cet embryon des cadres de la future armée polonaise.

                 R DMOWSKI (ND)

 

Position au départ du conflit:

- la meilleure garantie de la réunification de la Pologne, est la victoire de la coalition anglo-franco-russe

- réunification devant se faire sous l’autorité de la monarchie russe

-création de sections polonaises au sein de l’armée russe.

 

 

  • Enrôlement des polonais sur le front est

                          En fonction de leur répartition territoriale, plus de 3 millions de polonais vont être incorporés dans des armées ennemies: allemandes, autrichiennes d’un coté (empires centraux) ou russes de l’autre (camp de la Triple Entente, France, Russie, Grande Bretagne).

                         -Dès fin aout 14 sont crées les Légions Polonaises (transformées par la suite en 1ère/2éme/3ème Brigade) dans l’armée Autrichienne, sous haut commandement autrichien. Pilsudski aura le commandement de la 1ère Brigade. Elles seront partiellement dissoutes mi 1917 (crise du serment), et combattront sous commandement autrichien jusqu’au traité de Brest Litovsk signé entre les empires centraux et l’Ukraine. Voir plus loin.

                          -Le KNP (Comité National Polonais présidé par R Dmowski), constitué en opposition à J Pilsudski, sera à l’origine de la création début 1915, des Légions Pulawski, qui seront engagées coté russe. Dès fin 1915, elles seront transformées en brigades et intégrées dans l’armée russe. Certaines troupes participerons aux premiers combats aux coté des bolcheviks.
 
 
  • Progression vers l’indépendance

Au gré des péripéties de la guerre, et des bouleversements qu’elle a générés, la stratégie des empires centraux vis-à-vis des polonais, et de la question polonaise évolue

         Développements à l’est/Pilsudski

-Au début du conflit, les allemands et les autrichiens d’un coté et les russes de l’autre, encouragent, à l’aide de déclaration et de tracts, les polonais à l’adhésion à la défense de leur cause respective par la promesse d’une future liberté et indépendance, ou d’autonomie plus ou moins grande, de la Pologne.

 

 

 

 

 

 

 

- 1915 occupation austro-allemande du « royaume du congrès », suite à une contre offensive pour pousser les russes à abandonner la guerre:

                                  .proposition autrichienne de rattachement du « royaume du congrès » à la Galicie (alors sous domination autrichienne).Refus des allemands. Création de 2 zones d’occupation sous gouvernements régionaux, allemand (à Varsovie) et autrichien (à Lublin).

 

 

 

 

 

 

 

-1916 échec allemand devant Verdun (février-Juin)/offensive anglaise dans la Somme (juin/octobre) :

                        avec l’idée d’exploiter les capacités de mobilisation (estimées à 1 million de soldats) de la zone du « royaume du congrès » pour renforcer en troupes le front de l’ouest, les empires centraux publient « l’acte du 5 novembre 1916 », qui évoque la création d’un état polonais, monarchique héréditaire, autonome, « en relation » avec les empires centraux. Pas de frontières définies, aucune information concernant une armée indépendante.

                        Dans la foulée, lancement du recrutement de soldats dans l’armée allemande, qui ne sera pas un succès, devant la méfiance des polonais.

                      Dans le cadre de « l’acte du 5 novembre 1916 », les puissances occupantes de la zone du « royaume du congrès », créent le 6 décembre 16 le TSR  « Tymczasowa Rada Stanu » (« Conseil d’Etat Temporaire ») qui est un organe consultatif, sous l’autorité des gouverneurs de Varsovie et de Lublin.

                      Le rôle du TSR est l’établissement de propositions d’organisation de la représentation de la zone du « royaume du congrès »

                      J Pilsudski sera membre du TSR en tant que référent militaire.

 

 

           10 avril 17 les troupes polonaises des légions sous commandement autrichien passent sous l’autorité allemande pour constituer (conformément à l’acte du 5 novembre) la « Polnische Wermacht ».

            9 Juillet 17 J Pilsudski refuse de prêter serment de fidélité à Guillaume II comme l’exige le commandement allemand, et entraine dans ce refus une bonne partie des légions.

            21/22 juillet 17 J Pilsudski est arrêté et emprisonné à Magdebourg, en conséquence de son refus d’allégence.

            12 septembre 17 les occupants autorisent la création du Conseil de Régence projeté par le TSR, qui est mis en place en attendant la nomination d’un roi ou d’un régent. Le conseil de régence n’avait un simple pouvoir de proposition.

-Octobre 17 révolution russe/sécession de l’Ukraine de la Russie

                  15 décembre 17 : armistice Russie/ empires centraux.

Fin 17 début 18, chacun de leur coté, les bolcheviks et l’Ukraine mènent des discussions de paix avec les empires centraux à Brest Litovsk 

              13 décembre 17 le Conseil de Régence  crée le premier gouvernement polonais dirigé par Jan Kuszarzewski, qui reprend certaines compétences du TSR : justice, enseignement, pouvoir exécutif.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-9 février 18  signature, à Brest Litovsk, d’un traité de paix séparé entre l’Ukraine et les empires centraux :

                 Dans le cadre de ce traité, en échange de livraisons de céréales, l’Autriche cède à l’Ukraine la région de Chelm, que les polonais revendiquaient au titre de l’état polonais prévu par «l’acte du 5 novembre 1916».

               En signe de protestation, le gouvernement de J Kuszarzewski, et après une phase transitoire, est mis en place le gouvernement de Jan Kanty Steczkowski (4/4/18).

-3 Mars 18 Signature à Brest Litovsk également, d’un traité de paix entre les bolcheviks et les empires centraux.

               Sous la pression d’ultimatums allemands, et de reprise de l’avancée de leurs troupes en territoire russe dès la fin de la trève (15/2/18), les bolcheviks sont contraints par ce traité à des concessions territoriales importantes, et se retirent de la guerre.

-Septembre 18 la situation du front à l’ouest évolue défavorablement au camp des empires centraux (percée des alliés dans la Somme…), début des grèves en Allemagne 

-4 Octobre 18 le chancelier allemand Von Baden, imité par la suite par le gouvernement autrichien, envoie une demande au président Wilson pour qu’il prenne en charge l’établissement de la paix sur la base de sa déclaration en 14 points.

                7 Octobre 18 diffusion d’une déclaration du Conseil de Régence annonçant que l’heure l’accomplissement des souhaits d’indépendance des polonais a sonné. Appel à l’union des polonais autour de la cause d’une Pologne unifiée et indépendante, suivant les principes généraux proposés par le président Wilson (cette déclaration reste dans le cadre d’un royaume).

3 Novembre 18 Soulèvement des marins à Kiel, émeutes communistes à Hambourg, Brème, Berlin, Rostok

               4 Novembre 18 Suite à la tentative de renversement du Conseil de Régence par le gouvernement de Józef Świeżyński (dominé par le ND conservateur, qui a succédé à celui de Jan Kanty Steczkowski), celui-ci  est démis de ses fonctions et remplacé par un gouvernement provisoire.

                7 Novembre 18 en opposition aux milieux conservateurs représentés par le Conseil de Régence, proclamation  à Lublin du Gouvernement Populaire de la République Polonaise (Tymczasowy Rząd Ludowy Republiki Polskiej) avec Ignacy Daszyński (parti socialiste démocratique PPSD) à la tête.

            L’objectif est la création d’une république indépendante, suivant un programme de gauche non communiste (réformes et non révolution).

           Prise du pouvoir à Lublin et dans une large portion du territoire sous occupation autrichienne (les organes du conseil de régence sont dissouts et remplacés).

-7 Novembre 18  émeutes à Berlin soutenues par les militaires démoralisés. Devant le risque d’un putsch en Allemagne soutenu par les bolcheviks, chez les responsables allemands, l’option de la création d’un état polonais en tampon apparait.

                8 Novembre 18 Les allemands répondent à une requête du Conseil de Régence et libèrent J Pilsudski.

                10 novembre 18 J Pilsudski arrive à Varsovie par train spécial

                11 novembre 18 le Conseil de Régence remet le pouvoir militaire à J Pilsudski.

                12 Novembre 18 I Daszynski remet sa démission à J Pilsudski

                14 Novembre 18

                   Le Conseil de Régence transmet le pouvoir civil à J Pilsudski et se dissout

                  J Pilsudski demande à I Daszynski de former un gouvernement

                  Par décret le « Royaume de Pologne » devient la « République de Pologne »  (officiellement publié le 29 Novembre)

               16 Novembre 18 J Pilsudski envoie une dépêche aux membres de l’Entente annonçant la naissance d’un état polonais établi sur les territoires polonais réunis ;

               17 Novembre 18 formation du gouvernement provisoire de Jędrzej Moraczewski, qui proposera un programme socialiste : restructuration de la société et des exploitations agricoles, expropriations/redistribution des grandes propriétés, nationalisation des mines et de l’industrie.

 

 

            Dmowski/diplomatie à l’ouest

                Novembre 14 R Dmowski crée le premier KNP (Comité National Polonais-en opposition à J Pisudski).Créé sur la base des promesses du tsar d’Aout 14 (renaissance d’une Pologne autonome, tout en restant « sous le sceptre russe »)

Pro russe. Appelle les polonais à l’opposition aux empires centraux. Soutenu par la France et la Grande Bretagne

                Décembre 14 Création par le KNP des Légions Pulawski qui seront engagées au coté des russes.

 

 

               1915 I Paderewski part aux Etats Unis et plaide la cause de la Pologne au cours de meetings, au cours d’émissions radio diffusées.

              - Aout 15 Occupation de Varsovie par les troupes allemandes

                Dmowski part pour St Petersbourg, pour travailler aux principes de la future autonomie du royaume, promise par le tsar.

               Suite aux défaites des russes et devant leurs réponses évasives quant à la concrétisation des déclarations du tsar, Dmowski part pour l’occident ou il entreprend une campagne de lobbying en faveur de l’indépendance de la Pologne. Le premier KNP est dissout.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

               Février 16 Dmowski propose un mémorandum à l’ambassadeur de Russie à Paris à propos de la nécessité politique d’une Pologne indépendante. Ce document est mal accepté par le camp russe, et soulève des commentaires décourageants (Vatican par ex).

             Courant 16 cycle de conférences, rédaction de mémoires à l’attention des politiques occidentaux

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

             Janvier 17 I Paderewski remet au président des Etats Unis un mémoire dans lequel il soutient la cause d’une Pologne libre et démocratique avec accès à la mer assuré

- 6 Avril 17 les Etats Unis entrent en guerre

              4 juin 17 le gouvernement provisoire russe ayant levé son opposition à la renaissance de la Pologne (fin mars), et pour essayer de résoudre une crise des effectifs dans l’armée française, le président français signe un décret autorisant la création d’une armée polonaise autonome au sein de l’armée française.

             Juillet 17 Dmowski diffuse’un mémoire dans lequel il précise un projet territorial pour la Pologne indépendante à l’attention des autorités occidentales. 

 

  

             15 Aout 17 Dmowski crée un deuxième KNP (Comité National Polonais), de tendance conservatrice, qu’il préside. Le but étant la reconstruction d’un état polonais avec l’aide de l’Entente.

                      Ignacy Paderewski a rejoint le KNP.

                      Le KNP est reconnu par les autorités occidentales comme une représentation de l’état polonais en exil, et mandataire des intérêts polonais, .

                      Aout 17  Le KNP lance le recrutement de volontaires polonais en Amérique du Nord.

                             I Paderewski est le représentant du KNP aux états unis.

                    Décembre 17  arrivée des premiers convois de volontaires polonais d’Amérique du Nord qui ont répondu à l’appel d’I Paderewski

                              Ils constitueront l’ « armée bleue », qui sera formée d’émigrés polonais des Etats Unis, de France, du Canada, du Brésil…., et seront engagées dans les combats en France

 

 

  -8 janvier 18 : plan de paix en 14 points de Wilson. Le point 13 concerne la création d’un état polonais indépendant avec libre accès à la mer, intégrité territoriale garantie

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

             

           

 

 

 

 

            

 

 

 

 

 

 

 

 

 

              

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

                

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                            

 

 

Mi Novembre 18, la 2ème République de Pologne est un état ruiné, pillé,  avec des frontières couvrant approximativement l’ancien territoire du « royaume du Congrès »( voir carte ci dessous), et avec 2 gouvernements provisoires et rivaux:

                                -le gouvernement mis en place par le Conseil de Régence avec J Pilsudski comme chef de l’état (Naczelnik Panstwa)-socialiste

                                -le KNP (Comité National Polonais) de R Dmowski , reconnu par les autorités  occidentales comme gouvernement provisoire en exil de la Pologne-conservateur.

A son retour en Pologne en Décembre 18, la médiation de I Paderewski a permis de rapprocher J Pilsudski et R Dmowski, pour que ceux-ci unissent leurs forces et leurs atouts complémentaires (soutien populaire pour l'un /capacité de mobilisation de l’aide extérieure de l’autre ), dans l’intérêt supérieur de la Pologne.

 

R Dmowski, I Paderewski, accompagnés de représentants de J Pilsudski, composeront la délégation polonaise aux négociations de paix de Paris, au cours

 desquelles sera signé le traité de Versailles (28 juin 19) qui entérinera la renaissance de la Pologne, dans des frontières qui restent à ce stade en partie soumises à

referendum.

 

Le territoire définitif de la 2ème République de Pologne ne sera figé qu’en 1923,

après plusieurs guerres et le traité de Riga qui met fin à la guerre Russo-polonaise.

                                  pologne 1918 1923                   

     http://www.cndp.fr/crdp-reims/memoire/bac/1GM/connaissances/pologne.jpg

 

Voir l’excellente animation you tube «les frontières de la 2ème république 1918 1923 »

qui décrit étape par étape, en fonction des conflits ou traités, l’évolution du territoire polonais.